Ce corps, prison ou liberté?

Lorsque je repense à toutes les personnes que j’ai accompagnées ces 20 dernières années, je revois combien très peu étaient à l’écoute de leur corps, comme si en fait ce corps était un étranger …


Alors on le nourrit, on le lave et au mieux on s’en préoccupe pour qu’il est l’air beau et séduisant … au pire, on peut aller jusqu’à le détester, l’ignorer, le malmener.

Quel lien, quel rapport entretenez-vous avec votre corps ?
Le vivez-vous comme une entrave ou comme une multitude de possibilités ?
Est-il votre ami ou votre ennemi ?
Est-il en bonne santé ou malade ?

Vous êtes-vous seulement posé la question ?

En écrivant ces lignes, j’ai la fenêtre ouverte, l’air frais vient sur mon visage, je vois les feuilles des arbres bouger et j’entends les oiseaux chanter. Alors, je m’arrête…je ferme les yeux… juste divin…et ce, grâce à mon corps, à mes sens…

Mon corps a été blessé par l’extérieur depuis tout, tout petit. Puis je m’en suis servi pour survivre tout en le malmenant bien inconsciemment.
Durant de nombreuses années j’ai vécu sans réaliser la magie qu’est ce corps et tout ce que je peux expérimenter grâce à lui.
Et puis, petit à petit j’ai cheminé et aujourd’hui je peux dire que j’aime de plus en plus mon corps.

Voici ce que je vous propose :

Mettez-vous nu(e) devant un miroir, regardez-vous et … entendez ce que vous vous dites.
Maintenant fermez vos yeux et entrez en vous. Vous pouvez vous servir de votre respiration pour cela. Ressentez depuis l’intérieur tout ce qu’il vous permet de vivre et également tout ce qu’il vous exprime par des maux divers et variés …
Réalisez sa perfection, tout ce qu’il fait par lui-même, vous ne décidez de rien, « Ça » se fait. Magique corps qui est un Merveilleux temple pour l’Être que nous sommes.

Alors maintenant, réouvrez vos yeux et regardez-le, regardez-vous … Oui, regardez ce fidèle compagnon qui est là depuis le tout début … ce tout début qui commence dès le ventre de votre mère ! En aviez-vous pris conscience ?

Et ce corps a tout en mémoire et nous pouvons, grâce à lui, nous libérer profondément et durablement de nos blessures.
Nous pouvons transformer nos souffrances en véritable ressources et ressentir ce qu’est la liberté d’Être dans chacune de nos cellules.

C’est ce que j’expérimente depuis de nombreuses années pour moi et pour tous ceux que j’accompagne.

 

Delphine Couton

Écrire commentaire

Commentaires: 0